Début janvier, les sept entités luxembourgeoises de LSC Engineering Group ont défait leurs cartons à Contern. Ce groupement de sociétés d’ingénieurs-conseils, capable d’accompagner le maître d’ouvrage du début à la fin d’un projet de construction, de rénovation ou de transformation, s’est appuyé sur ses compétences internes pour élever un nouveau siège à son image, sorte d’incarnation de son expertise. En regroupant ses quelque 300 collaborateurs basés au Grand-Duché en un lieu unique, le groupe, qui figure déjà parmi les leaders du marché luxembourgeois, entend optimiser davantage les services rendus à ses clients. Myriam HENGESCH, Directeur Général de Luxplan et Membre du Conseil d’Administration de LSC Engineering Group, et Olivier WEBERT, Administrateur Délégué de Simon-Christiansen & Associés, Membre du Conseil d’Administration et Directeur de LSC Engineering Group, lèvent le voile sur la conception de ce nouveau bâtiment.

 

© Photo Julian Pierrot

 

Le 3 janvier, le groupe LSC s’est installé dans ses nouveaux bureaux à Contern. À quels besoins ce bâtiment devait-il répondre?

OW: La construction de ce bâtiment devait tout d’abord nous permettre de rassembler toutes les entités du groupe, hors filiales étrangères, au sein d’un même bâtiment. Jusqu’à présent, celles-ci étaient réparties dans trois immeubles différents, ce qui ne facilitait pas la communication et le travail interentreprises. Notre second objectif était de créer un bâtiment à notre image, qui nous permettrait de matérialiser et de représenter toutes nos compétences internes. C’est la raison pour laquelle nous avons fait le choix de laisser certains éléments apparents: des matériaux bruts, tels que le béton, l’acier et le bois, sont en parties visibles, de même que certaines techniques spéciales comme le système de chauffage et de ventilation.

MH: En effet, l’immeuble est très fonctionnel et, par conséquent, particulièrement représentatif de notre travail. Mais il a aussi été conçu pour offrir à nos collaborateurs un niveau de bien-être élevé. Nous avons imaginé des zones de rencontres conviviales entre les deux ailes du bâtiment qui facilitent la communication entre les différentes entités du groupe et avons tenu à créer un restaurant d’entreprise où tous les occupants puissent se retrouver.

 

Pouvez-vous nous décrire le bâtiment?

OW: Sa construction a été prévue en deux phases. Nous venons d’emménager dans la première partie de 7.500 m² brut hors-sol, auxquels viennent s’ajouter deux niveaux de parking souterrains. Le chantier de la seconde phase est en cours. Cette deuxième phase, d’une superficie d’environ 3.500 m² brut hors-sol et ses deux sous-sols, seront terminés en mars 2023.

Le bâtiment est composé d’une structure en béton (poteaux en béton armé et dalles champignons) et d’une enveloppe périphérique en bois (avec isolation en laine de mouton), recouverte d’une façade en éternit. Dalles actives, ventilation double flux, utilisation générale des leds couplées à des détecteurs dans les communs, ventilo-convecteur pour assurer le chauffage et refroidissement (salle de réunion) éventuel, régulation évolutive et modulaire par trame architecturale, toiture verte et panneaux photovoltaïques complètent nos choix techniques. Le montant total du projet – incluant le coût du terrain, des études et de la construction – s’élève à environ 30 millions d’euros.

 

L’originalité de ce projet est qu’il a été pensé par ses futurs occupants! Comment s’est déroulée la phase de conception?

OW: Le bâtiment a été conçu par (et pour) nos collaborateurs. Ceux-ci ont mis toutes leurs compétences au service d’un seul et même projet, ce dont nous sommes très fiers. L’entité Devolux, pour ne citer qu’elle, a joué un rôle clé dans la réussite du projet. Spécialisée dans le project management, entre autres, elle a su respecter le planning établi au départ et ce malgré les contraintes liées à la crise sanitaire.

MH: La relation de confiance que nous entretenons avec l’architecte, le bureau Jonas Architectes Associés, compte également pour beaucoup dans la réussite de ce projet. De plus, nous avons tenu à faire participer nos collaborateurs au concept d’aménagement des locaux. Le bâtiment ayant été conçu avant le début de la pandémie, grands open spaces et petits espaces plus fermés étaient deux options envisageables. Finalement, la plupart de nos bureaux sont de taille moyenne; ils peuvent accueillir jusqu’à sept personnes, mais sont assez spacieux pour maintenir une certaine distance appréciable aujourd’hui. Cela dit, nous avons laissé à chaque entité du groupe la liberté de concevoir son propre espace de travail. Ainsi, l’une d’entre elles a tout de même opté pour un grand open space. Il était important que chaque société conserve son identité et puisse adopter l’aménagement qui convienne à sa façon de travailler.

 

Une attention toute particulière a été apportée à la durabilité du projet afin qu’il puisse recevoir les certifications environnementales BREEAM et DGNB…

MH: En effet. Le groupe LSC Engineering s’est donné pour mission de concevoir et de construire des projets durables. La durabilité était donc forcément une priorité lorsqu’il s’est agi de penser notre propre bâtiment. Aujourd’hui, celui-ci répond aux critères des certifications BREEAM et DGNB. Lorsque la deuxième phase du projet arrivera à son terme, nous pourrons alors faire certifier l’immeuble dans son ensemble. Pour ne citer que quelques éléments qui lui permettent d’y prétendre, citons la démontabilité de la façade, le recours à une isolation en laine de mouton luxembourgeoise qui règle l’humidité et assure la qualité de l’air, l’utilisation d’énergies renouvelables, les aménagements destinés au bien-être des occupants ou encore l’accès simplifié aux transports en commun.

 

La mobilité des occupants du bâtiment a ainsi fait l’objet de beaucoup de réflexions. Pouvez-vous nous en dire plus?

MH: C’était un sujet important pour nos collaborateurs qui voyaient leur lieu de travail, proche de la frontière belge, se déplacer plus à l’Est. Nous avons donc pris la question au sérieux tout en envisageant ce déménagement comme une opportunité de développer un concept de mobilité différent. Notre groupe emploie des urbanistes qui planifient les quartiers de demain et qui, chaque jour, s’interrogent sur la mobilité urbaine. Nous nous sommes posés les mêmes questions à l’échelle de notre propre bâtiment et avons cherché un concept qui inciterait ses occupants à prendre les transports en commun ou à covoiturer davantage. Pour ce faire, nous avons imaginé une politique d’utilisation du parking bien particulière: aujourd’hui, un automobiliste seul paie sa place de stationnement à prix plein quand celui qui emmène un collègue paie un tarif réduit. Quant aux collaborateurs qui partagent une voiture à trois, ils peuvent accéder au parking gratuitement. Ce système est lié à une application qui permet de réserver le parking à l’avance et donc de mutualiser son utilisation. Il est peut-être tôt pour en tirer des conclusions, mais il semble déjà favoriser le covoiturage!

OW: En effet, déménager à Contern nous a permis d’accéder plus facilement aux transports en commun puisque le bâtiment se trouve à proximité de la gare et des arrêts de bus. Pour motiver davantage nos collaborateurs à adopter cette forme de mobilité, nous finançons les tickets de train transfrontaliers en totalité. Le but de notre approche est d’encourager un changement d’habitude en douceur et cela semble déjà porter ses fruits.

 

Quelles sont vos perspectives de développement dans ce nouvel environnement?

OW: Notre ambition, en construisant ce bâtiment, était de pérenniser et de sécuriser l’avenir du groupe d’une part, et de lui construire un écrin à son image d’autre part. Ce nouveau siège, qui rassemble toutes les entités constituant LSC Engineering Group, permettra d’optimiser notre travail pour servir nos clients de la meilleure des façons autant que de convaincre nos clients potentiels de notre capacité à étudier un projet de manière globale. Par ailleurs, il devrait certainement nous permettre d’attirer de nouveaux talents.

MH: Le rassemblement de nos entités et les différents espaces dédiés aux échanges participeront sans aucun doute à notre développement. Après moins de trois mois d’occupation des nouveaux bureaux, nous obtenons déjà des retours très positifs et constatons que la proximité facilite la communication et permet d’apporter des solutions plus rapidement. Cela est indubitablement une de nos forces.

 

 

Article paru dans

Galerie photos